Japon – Jour 4 (Damien)

Cours avec Nagato sensei

Ce qui me frappe au premier abord chez Nagato sensei, c’est son attitude, très guerrière, l’impression de puissance qui se dégage de lui : regard perçant, cou de taureau, rectitude de la posture, hanches puissantes…

Concernant le cours, j’avoue ne pas avoir compris grand-chose… encore moins que d’habitude devrais-je dire. Ou peut-être est-ce la différence entre « je crois avoir compris » et « je me rend compte que je n’ai rien compris ! ». La compréhension mentale ne pouvant se faire qu’à partir de notre niveau actuel… il ne reste plus qu’à souhaiter que l’intégration se fasse à d’autres niveaux, sans passer par le mental (le shutô par exemple est un bon moyen d’intégration directe par le corps !).

Nous travaillons sur un enchaînement de deux attaques au poing.

Pour ce que je perçois, Nagato montre que l’on va absorber par la distance et contrôler les mains de uke en permanence, avec beaucoup de légèreté, pour se déplacer librement vers uke tout en le fixant sur place, en mode « rouleau compresseur ». Il montre notamment un moyen de contrôle assez surprenant, qui est de poser le bras d’uke contre le cou de tori ce qui libère une main à ce dernier, qu’il va pouvoir utiliser à bon escient pour placer un atemi ou saisir la deuxième main d’uke, par exemple.

Un autre mode de contrôle consiste à utiliser le bras d’uke comme un bouclier en le plaçant devant sa deuxième attaque.

Il montre aussi un déplacement qui le fait littéralement disparaître sous le bras d’uke en descendant sur ses jambes après avoir envoyé l’intention d’atemi vers le visage d’uke, ce qui lui permet de se retrouver « côté mort », et de contrôler le bras par l’extérieur et d’avoir accès à butsumetsu ou à la tête.
De façon générale, Nagato montre les techniques tranquillement, en marchant autour de uke, qui n’a visiblement aucune échappatoire. Il montre assez peu de frappes, mais on sent qu’à tout moment ça peut partir : pour compléter la métaphore utilisée plus haut, il s’agirait d’un rouleau compresseur, avec des missiles prêts à partir à chaque instant !

Cours avec Hatsumi sensei

Lors de ce cours, je ressens beaucoup plus le côté guerrier d’Hatsumi sensei, mais il est probable que mon état d’esprit soit différent de la veille, ce qui influe donc sur mon ressenti (comme quoi le ressenti est très subjectif et impermanent).

Je dis « guerrier » mais on pourrait aussi dire tout simplement « présent et vivant », comme s’il occupait tout l’espace du dojo dès son entrée. Et toujours cette façon d’enseigner avec une joie et un amusement communicatifs.

Sensei montre des techniques où l’on se retrouve près d’uke. Si je comprends bien, il explique que, dans les espaces exigus on va bouger à partir des épaules (mais toujours kadara, en étant dans sa posture, pour que tout le corps soit mobilisé) et utiliser les coudes, ce qui permet de garder les mains libres pour utiliser fudoken, happaken etc, et les doigts pour contacter les kyushô.

Hatsumi sensei montrera notamment un atemi du coude à butsumetsu, avant de remonter happa ken au menton, enchaîner avec fudô ken à la gorge, et éventuellement suivre uke dans son déséquilibre pour le contrôler à partir des kyushô du visage.

A plusieurs reprise, sensei insistera sur le fait d’être ni fort, ni faible, juste à l’équilibre, au zéro.

Et, formant un cercle avec ses deux mains, il explique qu’à travers le zéro on peut voir. Sauf si c’est un miroir, auquel cas il permet seulement de se voir… et sert aux femmes à se maquiller !

Le Honbu Dojo

Amitiés,

Damien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s