L’art ninja à la une Merci Steph

Le ninjutsu, l’art de la dissimulation

Arts martiaux. Au-delà des clichés véhiculés par les films américains,
l’art des ninjas 
est bien plus qu’une méthode de combat. Une philosophie
du quotidien. 
Reportage à Vanves dans le cours de Stéphane Ladegaillerie

 Quand on lui demande avec un poil de naïveté si le ninjutsu est efficace, Stéphane Ladegaillerie ne passe pas par quatre chemins. Il salue un de ses élèves qui lui porte une attaque. Esquive du bras, feinte pour placer un coup de pied dans l’estomac, arm lock à la volée qui se termine au sol, le genou appuyé sur le coude de son uke. La scène éclair n’a duré que quelques secondes. « Un minimum d’effort pour un maximum d’efficacité », vantait-il sur son site Internet. La formule sonne on ne peut plus juste.

Nous sommes le mercredi 19 octobre, à l’école d’arts martiaux Fushan Kwoon, à Vanves (Hauts-de-Seine). Dans une salle exiguë au sous-sol, près de vingt-cinq élèves sont rassemblés, en tenue. Pas un élément ne manque hormis la fameuse cagoule. Les kimonos noirs très élégants se terminent par des guêtres qui permettent d’y introduire des armes. Aux pieds, de drôles de chaussures à deux doigts, les tabis. « Shikin Haramitsu Daikomyô », poussent-ils en chœur au moment du salut. La formule rituelle (intraduisible littéralement) signifie que dans chaque chose, il y a un enseignement à apprendre au quotidien. A commencer par un apprentissage progressif du Japonais. « Plus on avance dans la maîtrise de cet art martial, plus la langue devient incontournable, explique Stéphane Ladegaillerie.On n’acquiert pas qu’une technique au Bujinkan. On apprend surtout à se forger une culture, une philosophie. »

Les femmes ont une progression plus rapide, car elles travaillent davantage dans la douceur.

Le Bujinkan regroupe neuf écoles (donc neuf enseignements différents) créées entre le IXe et le XVesiècle au Japon et réhabilitées dans les années 1970 par Masaaki Hatsumi qui reçut l’immense privilège de la part du légendaire Toshitsugu Takaamtsu (« le Tigre de Mongolie ») d’exporter et d’enseigner l’art des ninjas dans le monde entier. « Masaaki Hatsumi est toujours vivant. C’est un exemple pour nous,affirme M. Ladegaillerie. A 80 ans, il est très actif même s’il voyage moins maintenant, mais le travail est fait. Il existe 4 ou 5 structures de ninjutsu dans les grandes villes. Ça se pratique partout en France (plus de 2000 licenciés) et dans toute l’Europe, les adeptes se retrouvent lors de stages fabuleux. »

Stéphane Ladegaillerie, shihan (13e dan au Japon), accorde une grande importance à la précision des mouvements.

Sur le tapis, après un petit échauffement, on commence la technique. Aujourd’hui, deux nouvelles têtes ont fait leur apparition. Deux filles rapidement prises en charge par les plus gradés. « C’est un vrai plus quand des filles viennent à nos cours, se réjouit le professeur. Elles progressent beaucoup plus vite car elles travaillent dans la douceur. Les garçons, eux, sont plus dans la force. Au début, il faut leur faire accepter que l’efficacité vient de la précision du mouvement. » Déplacements fluides, blocages, clés, torsions, maniement des armes… le programme est vaste pour être un combattant complet et prétendre au XVe dan, le grade le plus élevé. Stéphane Ladegaillerie, lui, est shihan (13e dan au Japon). Il pratique le Bujinkan depuis près de 25 ans. Comme tous les mordus de cet art martial, il a dû faire valider tous ses dan au pays du Soleil-Levant (à raison d’un voyage par an) : « Dans mon cours, je fais passer les grades selon le programme du Ten Chi jin (du protek de a.cousergue  koi martial art) reconnu par la Fédération française du  sport travailliste. Du 1er au 9ekyu, on est ceinture blanche, puis ceinture verte. Ensuite, à partir du 1er dan, on porte une ceinture noire. Pour autant, tout cela est secondaire. Le grade n’est pas révélateur d’un niveau. On les valide quand on est prêt. Tout dépend de l’investissement. C’est une boîte vide qui nous donnée à la base. Tout le travail va consister à la remplir de qualités aussi bien techniques qu’humaines. C’est tout le sens que nous donnons à la progression. »

Arm lock imparable exécuté par le sensei.

La patience est une des vertus du Bujinkan. L’éventail des techniques à maîtriser est large.« Quand j’ai commencé il y a deux ans, les valeurs m’ont tout de suite plu, témoigne Julien, la trentaine. Il faut savoir être humble et précis. Beaucoup abandonnent vite parce que la progression est lente. C’est un travail de longue haleine. » Dans ce cours, certains en sont à leur première heure, le plus expérimenté a entamé sa seizième année. « Ici, la sélection se fait naturellement. Ceux qui ont envie de progresser restent. Parfois, on voit arriver des gens qui veulent se battre, mais on leur fait comprendre qu’ils se sont trompés d’endroit,tranche Stéphane Ladegaillerie. Le but d’un pratiquant dans notre art, c’est qu’il arrive par la technique à acquérir une philosophie de vie. La société dans laquelle nous vivons est très menaçante, assez incertaine. Grâce au Bujinkan, un pratiquant va acquérir des techniques qui vont le renforcer, une certaine endurance, une confiance qui va lui servir dans la vie de tous les jours. Savoir que l’on peut se défendre et s’adapter à tout type d’adversaire est un atout majeur. »

Mercenaires, voleurs, tueurs de sang-froid… l’image du ninja dans la société n’est pourtant pas des plus reluisantes et semble contraster en bien des points avec une quelconque « philosophie ». « C’est tout le problème des films américains,rétorque M. Ladegaillerie.Pendant des années, on a tourné des films qui faisaient sensation. A tel point que le ninja est devenu un mythe sombre malgré lui. Cet art est né d’une nécessité : celle de se défendre. Les paysans qui voulaient protéger leur famille au Japon et ne pas être spoliés par les guerriers du seigneur, devaient pouvoir riposter. C’est devenu tellement efficace que c’est devenu une stratégie militaire. » Le lieu confiné de l’entraînement se prête d’ailleurs particulièrement à ce contexte. « Comme sur un champ de bataille, il faut être au aguets, savoir qui est ton ennemi, qui est de ton clan, voir venir le danger de devant ou de derrière, décrypte le sensei. C’est pour ça que moins on perd de temps, plus on est efficace. »

Le Bujinkan est le seul art martial où l’on travaille avec deux adversaires en même temps.

Il est presque 22 heures, fin officielle du cours. Stéphane Ladegaillerie fait une démonstration de haut vol face à deux adversaires. A observer les déplacements précis qui sollicitent tous les muscles du corps, les sens en éveil et le regard furtif, on s’aperçoit de l’efficacité de cet art martial. Le professeur sort un sabre. En une fraction de seconde, l’attention des adversaires est détournée. « L’efficacité des Shuriken (étoiles japonaises, juttes, éventails, kunaï) est encore un mythe. Ces armes sont faites pour détourner l’attention et frapper l’adversaire là où il ne s’y attend pas », explique Stéphane Ladegaillerie en laissant tomber un objet que je m’entête à suivre des yeux. Trop tard, le sensei est déjà face à moi, dangereusement près. Ces deux heures de cours n’auront pas suffi. Il me reste encore bien des choses à apprendre.

Florent Bouteiller

Site Web du club à Vanves; 06 84 02 87 05

Points de repères sur le Bujinkan

  • Bujinkan : Terme inventé par Masaaki Hatsumi au début des années 70 pour désigner le ninjutsu, ce dernier étant trop attaché aux ninjas et à la mauvaise réputation qui leur collait à la peau.
  • Le ninjutsu est reconnu par la Fédération française des sports travaillistes (FFST)
  • Les armes sont nombreuses : Le couteau, le jutte, l’éventail, le kunaï, le bâton (court, moyen et long), les sabres (katana, Tachi), la lance, la corde, les chaînes, la hallebarde, le shuriken ou encore les griffes métalliques (shuko) car les ninjas étaient de redoutables grimpeurs.
  • Citations de Masaaki Hatsumi :

– « Fort » et « faible » sont des mots courants sur les lèvres des pratiquants d’arts martiaux. J’ai établi une règle pour montrer à mes élèves qu’ils doivent se conduire avec autant de droiture que possible, en accomplissant les devoirs du Ninja. Pour moi, c’est cela qu’être fort signifie. Après tout, pour comprendre un héros un homme doit être un héros lui-même.Je n’apprends pas à mes étudiants à vaincre des ennemis, mais à devenir des hommes qui puissent vivre.

– Aucun pratiquant d’arts martiaux, aucun Ninja, n’aime le combat ni la violence. Un Ninja dans le vrai sens du terme est un artiste qui aime et respecte la beauté de la nature et celle de l’esprit.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s